N° 19 161 - Débat contradictoire
N° 18 161 - Billet du Président
N° 17 160 - Prévoyance vieillesse 2020
N° 16 160 - Etre Mobile
N° 15 160 - Billet du président
N° 14 159 - Billet du comité
N° 13 159 - Roland Ziegler
N° 12 159 - Christine Jaquet-Berger
N° 11 158 - Billet du président
N° 10 157 - Christiane Jaquet-Berger
N°  9   157 - Billet du comité neuchâtelois
N°  8   Infrarouge - AVSPlus
N°  7   156 - Billet du comité neuchâtelois
N°  6   156 - Christiane Jaquet-Berger
N°  5   155 - Billet du comité neuchâtelois
N°  4   Colloque prévention Santé
N°  3   Pour des transports performants
N°  2   Assemblée des délégués 2016
N°  1   154 - Le billet du président

Pour des transports performants

Pour des transports performants dans le canton de Neuchâtel

En plus des votations fédérales sur lesquelles le comité cantonal neuchâtelois n’a pas pris position, les électrices et électeurs du canton devront se prononcer le 28 février prochain sur un sujet extrêmement important, celui de l’avenir de la mobilité et des transports dans le canton de Neuchâtel. Ce projet s’appelle Mobilité 2030 et est basé sur quatre piliers, dont la ligne directe entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel. La question qui sera soumise au peuple est la suivante:

Acceptez-vous le décret du 3 décembre 2015 portant modification de la Constitution de la République et Canton de Neuchâtel?

L’objet de cette votation est un nouvel article de la Constitution cantonale qui ancre dans celle-ci la notion de complémentarité de la mobilité dans toutes les régions du canton, d’une part, et une disposition transitoire permettant de préfinancer le RER en cas de décision favorable des Chambres fédérales en 2019, d’autre part.
Simplifions: si les Chambres fédérales se prononcent favorablement, la nouvelle ligne entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel sera payée entièrement par la Confédération, mais les fonds nécessaires ne seront débloqués qu’en 2030. Pour gagner 10 ans, le Conseil d’Etat, avec l’appui unanime du Grand Conseil, propose de préfinancer les travaux.
Le coût de ce préfinancement (intérêts de l’emprunt qu’il faudra contracter) est de 110 millions de francs. Cette somme peut paraître élevée mais est beaucoup plus modeste que les centaines de millions qu’il faudrait pour rénover la ligne actuelle, qui serait améliorée mais qui resterait tout de même une ligne du 19e siècle.
L’AVIVO a toujours prôné la solidarité entre les générations. Même si ses membres profiteront peu de la nouvelle ligne, ils doivent penser à leurs enfants et petits-enfants. Pour éviter la catastrophe du réchauffement climatique, due en grande partie à l’émission du CO2 produite par les automobiles, nous devons favoriser les transports en commun.


Le 28 février, en votant oui, nous aurons l’occasion de contribuer concrètement à la sauvegarde de notre planète