N° 19 163 - Le mot de la rédaction
N° 18 163 - Le Billet du Président
N° 17 Initiative Assurance-maladie
N° 16 Film - Une dernière touche
N° 15 162 - Mot du président
N° 14 162 - Initiatives Assurances-Maladies
N° 13 161 - Débat contradictoire
N° 12 161 - Billet du Président
N° 11 160 - Prévoyance vieillesse 2020
N° 10 160 - Etre Mobile
N°  9   160 - Billet du président
N°  8   159 - Billet du comité
N°  7   159 - Roland Ziegler
N°  6   159 - Christine Jaquet-Berger
N°  5   158 - Billet du président
N°  4   157 - Christiane Jaquet-Berger
N°  3   157 - Billet du comité neuchâtelois
N°  2   Infrarouge - AVSPlus
N°  1   156 - Billet du comité neuchâtelois

159 - Billet du comité

Des solutions pour lutter contre l’augmentation des primes de l’assurance-maladie

 

Depuis plusieurs années, les primes de l’assurance-maladie ont pris l’ascenseur et beaucoup de personnes notamment les retraités et les familles nombreuses) ont de plus en plus de peine à les payer. Le pire, c’est qu’elles ne sont pas prises en compte dans le calcul de l’indice des prix à la consommation. Résultat: le pouvoir d’achat des personnes modestes est en constant recul.
Il y a de nombreuses solutions pour améliorer la situation: faire davantage de prévention, ne pas consulter le médecin pour un cas bénin, diminuer la marge de bénéfice des médicaments (les plus chers du monde en Suisse!), limiter les équipements coûteux qui sont souvent utilisés sans nécessité pour faciliter leur amortissement et surtout fixer des primes en fonction du revenu des assurés. La situation actuelle est absolument antisociale. Les assurés modestes et les cantons (qui supportent des subsides augmentant chaque année de manière conséquente) sont au bord de
l’asphyxie.
Dans l’immédiat, deux initiatives que l’AVIVO soutient vont être lancées.
La première, intitulé «Pour un Parlement indépendant des caisses-maladie», demande que les membres de l’Assemblée fédérale ne puissent pas siéger dans l’organe d’administration, de direction ou de surveillance d’un assureur autorisé à pratiquer l’assurance-maladie sociale. Il faut dire qu’une bonne centaine de parlementaires, notamment les présidents du Conseil national et du Conseil des Etats, sont rémunérés par une caisse d’assurance-maladie. Et on peut penser qu’ils défendent plutôt les intérêts des caisses que ceux des assurés.
La seconde initiative, qui vise à compléter l’article 117 de la Constitution fédérale, souligne que les cantons peuvent créer une institution cantonale ou inter-cantonale dans le domaine de l’assurance-maladie. Ces deux initiatives ne résoudront pas tous les problèmes, mais elles contribueront certainement à améliorer la situation et à faire réfléchir ceux qui considèrent que l’assurance-maladie est une vache à lait permettant d’engraisser quelques personnes au détriment des assurés.
En soutenant ces initiatives, l’AVIVO répond parfaitement à son objectif principal: défendre les intérêts des personnes âgées.

 

Rémy Cosandey