N° 17 Initiative Assurance-maladie
N° 16 Film - Une dernière touche
N° 15 162 - Mot du président
N° 14 162 - Initiatives Assurances-Maladies
N° 13 161 - Débat contradictoire
N° 12 161 - Billet du Président
N° 11 160 - Prévoyance vieillesse 2020
N° 10 160 - Etre Mobile
N°  9   160 - Billet du président
N°  8   159 - Billet du comité
N°  7   159 - Roland Ziegler
N°  6   159 - Christine Jaquet-Berger
N°  5   158 - Billet du président
N°  4   157 - Christiane Jaquet-Berger
N°  3   157 - Billet du comité neuchâtelois
N°  2   Infrarouge - AVSPlus
N°  1   156 - Billet du comité neuchâtelois

162 - Mot du président

La solidarité fout le camp…


Le principe est toujours le même: on fait des cadeaux fiscaux à ceux qui n’en ont pas besoin (les plus riches et les grandes entreprises) et ensuite on diminue les prestations des collectivités publiques et on demande un effort supplémentaire aux classes moyennes et aux pauvres.

Le canton de Neuchâtel n’échappe pas à cette règle: par peur de voir ses contribuables fortunés quitter la région, les autorités leur ont accordé des faveurs qu’il faut maintenant douloureusement compenser. Il y a une vingtaine d’années déjà, le conseiller fédéral René Felber avait affirmé: «La solidarité fout le camp». La situation s’est malheureusement encore aggravée aujourd’hui.

Le budget 2018 est le reflet de cette évolution inquiétante. Malgré des efforts méritoires du Conseil d’Etat, l’UDC et le Parti radical ont refusé de dépasser le frein à l’endettement. Au lieu de suggérer de nouvelles recettes ou d’atténuer les cadeaux fiscaux consentis, ils ont proposé de supprimer les services qu’ils n’aiment pas (l’Office de l’égalité et de la
famille par exemple) et de tailler dans le social, dans la santé et dans l’éducation.

Au final, le budget 2018, soutenu par les socialistes, les Verts et les popistes, n’a pas obtenu la majorité des 3/5 requis. Comme l’a souligné Laurent Favre, président du Conseil d’Etat, ce refus ouvre la voix au chaos. Son collègue Laurent Kurth a ajouté qu’aucun investissement ne pourra être fait (une honte pour les Chaux-de-fonniers qui attendent depuis longtemps leur hôpital). Disons-le clairement: l’UDC et les radicaux portent une lourde responsabilité et ont  considérablement affaibli le canton de Neuchâtel face à la Berne fédérale.

Elément qui la concernait particulièrement, l’AVIVO s’est battue pour que l’argent de poche des personnes placées dans les homes ne soit pas diminué. La gauche a soutenu cette revendication mais le refus du budget remet tout en cause. L’AVIVO ne se décourage cependant pas: elle continuera à lutter pour assurer le bien-être matériel des personnes 
âgées et garantir leur dignité.

Rémy Cosandey