N° 21 164 - Mot du président
N° 20 164 - Assemblée des délégués
N° 19 163 - Le mot de la rédaction
N° 18 163 - Le Billet du Président
N° 17 Initiative Assurance-maladie
N° 16 Film - Une dernière touche
N° 15 162 - Mot du président
N° 14 162 - Initiatives Assurances-Maladies
N° 13 161 - Débat contradictoire
N° 12 161 - Billet du Président
N° 11 160 - Prévoyance vieillesse 2020
N° 10 160 - Etre Mobile
N°  9   160 - Billet du président
N°  8   159 - Billet du comité
N°  7   159 - Roland Ziegler
N°  6   159 - Christine Jaquet-Berger
N°  5   158 - Billet du président
N°  4   157 - Christiane Jaquet-Berger
N°  3   157 - Billet du comité neuchâtelois
N°  2   Infrarouge - AVSPlus
N°  1   156 - Billet du comité neuchâtelois

163 - Le Billet du Président

La chasse aux pauvres est ouverte…


Le Conseil d’Etat annonce une importante baisse d’impôts (entre 100 et 140 millions de francs par année). Bonne et mauvaise nouvelle à la fois. Bonne car il est toujours agréable de voir diminuer sa contribution. Mauvaise car on peut craindre que les pauvres gagneront quelques francs par année alors que les riches et les grosses entreprises en économiseront plusieurs milliers. Et on ne dit pas où seront réalisées les économies. Une fois de plus, on met la charrue devant les boeufs!

Membre du comité de crise, l’AVIVO a écrit le 22 février une lettre au Conseil d’Etat, dans laquelle il est dit notamment:

«C’est avec un profond regret que nous avons appris que les personnes placées dans un home et bénéficiant des prestations complémentaires étaient sacrifiées sur l’autel de l’austérité. Réduire l’argent personnel des personnes concernées relève d’un manque d’empathie à l’égard des femmes et des hommes qui ont contribué à la richesse du canton et qui, à notre avis, méritent une retraite paisible et exemptée de soucis financiers. (…) A l’avenir, nous vous avisons que nous nous opposerons vigoureusement à de nouvelles coupes. Nous estimons que les personnes placées dans un home ont fait largement leur part des sacrifices demandés à toute la population neuchâteloise et qu’il convient désormais de demander un effort aux contribuables qui disposent d’un revenu confortable. Ce n’est pas toujours aux plus démunis de payer les rabais fiscaux consentis aux plus riches et aux grandes entreprises».

A ce jour (25 mars), le Conseil d’Etat ne nous a toujours pas répondu, pas plus d’ailleurs que le chef du Département des finances à qui nous avons écrit le 4 novembre et le 9 février.

Seuls 26 membres nous ont retourné pour le moment des signatures pour les initiatives relatives à l’assurance maladie. Il ne sert à rien de se plaindre de l’augmentation des primes et de ne rien faire pour les faire baisser. Avis aux 2362 membres qui n’ont pas donné de nouvelles: réveillez-vous !

Rémy Cosandey