N° 22 - Conférence du 4 octobre
N° 21 164 - Mot du président
N° 20 164 - Assemblée des délégués
N° 19 163 - Le mot de la rédaction
N° 18 163 - Le Billet du Président
N° 17 Initiative Assurance-maladie
N° 16 Film - Une dernière touche
N° 15 162 - Mot du président
N° 14 162 - Initiatives Assurances-Maladies
N° 13 161 - Débat contradictoire
N° 12 161 - Billet du Président
N° 11 160 - Prévoyance vieillesse 2020
N° 10 160 - Etre Mobile
N°  9   160 - Billet du président
N°  8   159 - Billet du comité
N°  7   159 - Roland Ziegler
N°  6   159 - Christine Jaquet-Berger
N°  5   158 - Billet du président
N°  4   157 - Christiane Jaquet-Berger
N°  3   157 - Billet du comité neuchâtelois
N°  2   Infrarouge - AVSPlus
N°  1   156 - Billet du comité neuchâtelois

164 - Assemblée des délégués

Résolution de l'assemblée des délégués

Pas touche à nos assurances sociales!


L’AVIVO suisse est indignée car 

• des coupes linéaires dans l’aide sociale se répandent de plus en plus, comme c’est le cas à Lucerne, à Berne, en Argovie et à Bâle Campagne.

• le Conseil national vient de saccager la réforme des Prestations Complémentaires (PC )

• la réduction des rentes d’un 2e pilier toujours plus fragile se poursuit inexorablement

Ce climat délétère et honteux conduit à une chasse aux pauvres dans notre pays, lui qui avoue pourtant des milliards d’excédents dans ses comptes.
La couverture des besoins vitaux par l’AVS est proclamée depuis 1947 dans l’article 112, al 2 lit b de la Constitution fédérale. Or il n’en est rien. Tout le monde le sait mais cela ne paraît déranger ni le Conseil fédéral ni le Parlement. Ce déni est inacceptable. C’est même l’article 12 de la Constitution fédérale qui paraît être préféré par certains politiciens à la couverture des besoins vitaux. Cet article se contente d’évoquer les situations de détresse et se liquéfie en un système de charité, en contradiction avec l’article 41 qui garantit les droits sociaux pour tous.
L’AVIVO suisse réunie en assemblée des délégués à Bienne s’oppose fermement au démantèlement des assurances sociales, elles qui doivent être le garant du partage des richesses.
Fidèle à ses engagements depuis plus de 70 ans, l’AVIVO exige des retraites sûres et solidaires et demande une augmentation des rentes AVS. Elle poursuit son combat en faveur du développement du premier pilier, l’AVS, dont la solidité de son système par répartition et sa solidarité sont injustement décriés et décrits, juste au moment où le 2e pilier est de plus en plus fragilisé et menacé. Le glissement du 2e pilier dans le premier reste donc son objectif.