N° 22 - Conférence du 4 octobre
N° 21 164 - Mot du président
N° 20 164 - Assemblée des délégués
N° 19 163 - Le mot de la rédaction
N° 18 163 - Le Billet du Président
N° 17 Initiative Assurance-maladie
N° 16 Film - Une dernière touche
N° 15 162 - Mot du président
N° 14 162 - Initiatives Assurances-Maladies
N° 13 161 - Débat contradictoire
N° 12 161 - Billet du Président
N° 11 160 - Prévoyance vieillesse 2020
N° 10 160 - Etre Mobile
N°  9   160 - Billet du président
N°  8   159 - Billet du comité
N°  7   159 - Roland Ziegler
N°  6   159 - Christine Jaquet-Berger
N°  5   158 - Billet du président
N°  4   157 - Christiane Jaquet-Berger
N°  3   157 - Billet du comité neuchâtelois
N°  2   Infrarouge - AVSPlus
N°  1   156 - Billet du comité neuchâtelois

164 - Mot du président

Réduire le fossé entre riches et pauvres

En date du 23 mai dernier, l’AVIVO a écrit une lettre au Conseil d’Etat qui, à ce jour (30 juin 2018), n’a pas encore répondu.
«Les comptes de l’Etat de Neuchâtel ont bouclé en 2017 par un déficit de 55 millions de francs. Le Conseil d’Etat, pour rendre le canton plus attractif, envisage de revoir le barème des impôts, ce qui entraînera une perte de 140 millions de
francs. Comme le gouvernement espère arriver à l’équilibre budgétaire dans un délai d’environ 3 ans, il faudra donc trouver de nouvelles recettes ou faire des économies pour un montant de 195 millions de francs.
Lors de sa récente séance, le comité cantonal de l’AVIVO a manifesté sa grande inquiétude à propos de cette situation. Partant de l’adage qu’il vaut mieux prévenir que guérir, il demande au gouvernement de proposer des solutions équitables qui ne péjorent pas les finances des plus faibles.
Au sein de l’AVIVO, il y a de nombreuses personnes qui ont des ressources très modestes et qui bénéficieront  certainement d’une baisse de la fiscalité de quelques dizaines de francs par année. Nous ne voudrions pas que cette économie soit contrebalancée par des taxes ou une diminution des prestations.
Nous admettons le principe de la symétrie des sacrifices. Mais encore faut-il le définir équitablement et considérer par exemple qu’une baisse similaire de 10% des subventions est totalement injuste. Certains bénéficiaires pourront se débrouiller en puisant dans leur capital, alors que d’autres (les ADC par exemple) devront réduire leurs prestations.
Par ailleurs, nous nous permettons de vous rappeler le préambule de la Constitution fédérale qui proclame: «La force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres». Attachée à cette affirmation, l’AVIVO vous demande instamment de réduire le fossé qui sépare les plus riches et les moins bien lotis.