N° 27 172 - Le mot du Président
N° 26 172 - Le mot du Comité suisse
N° 25 171 - Santé publique
N° 24 171 - Mot du comité cantonal
N° 23 171 - Message de la rédaction
N° 22 171 - Le mot du président
N° 21 171 - Le mot du comité suisse
N° 20 170 - Mot du comité suisse
N° 19 170 - Le mot du Président
N° 18 170 - Assemblée des délégués
N° 17 169 - 70ème anniversaire AVIVO
N° 16 169 - Le mot du président
N° 15 169 - Le mot du comité suisse
N° 14 70EME DE L'AVIVO
N° 13 168 - Le mot du président
N° 12 168 - Le mot du comité suisse
N° 11 168 - Mot de la rédaction
N° 10 167 - Mot du président
N°  9   167 - Comité suisse
N°  8   166 -Mot du Président
N°  7   166 -Comité suisse
N°  6   165 Hiver - Mot du président
N°  5   165 Hiver - AVIVO & AVS 70 ans
N°  4   Référendum sur la loi fiscale
N°  3   - Conférence du 4 octobre
N°  2   164 - Mot du président
N°  1   164 - Assemblée des délégués

165 Hiver - Mot du président

Augmentation des primes de l’assurance-maladie : on s’indigne
puis on se résigne


Une fois de plus, les primes de l’assurance-maladie augmentent davantage dans le canton de Neuchâtel qu’en moyenne suisse. On peut constater malheureusement que les assurés s’indignent mais qu’ils ne font rien pour réagir.
La preuve : les deux initiatives en cours pour baisser les primes (« Pour une liberté d’organisation des cantons » et « Pour un Parlement indépendant des caisses-maladie ») ont été envoyées aux 2388 membres neuchâtelois de l’AVIVO et seuls 35 d’entre eux ont retourné des feuilles de signatures. Affligeant : cela représente le 1,57%.
Il est encore temps de montrer que les membres de l’AVIVO refusent de se résigner. Les feuilles de signatures sont disponibles sur Internet ou peuvent être demandées au soussigné (voir coordonnées en dernière page).
Une autre initiative va être lancée par le parti socialiste. Elle demande que le montant des primes ne dépasse pas 10% du revenu d’une famille. L’AVIVO soutient ce principe mais s’inquiète des répercussions sur les finances des cantons. Celui
de Vaud, qui va appliquer cette solution depuis l’année prochaine, devra faire face à une dépense supplémentaire de 60 millions de francs. Et les caisses-maladie, elles, ne devront pas débourser un centime !
Une solution existe pour faire baisser les primes de la majorité des assurés : les fixer en fonction du revenu de chacun. Mais, hélas, la solidarité est un mot qui a disparu dans le vocabulaire des plus riches !

 


Rémy Cosandey