N° 27 172 - Le mot du Président
N° 26 172 - Le mot du Comité suisse
N° 25 171 - Santé publique
N° 24 171 - Mot du comité cantonal
N° 23 171 - Message de la rédaction
N° 22 171 - Le mot du président
N° 21 171 - Le mot du comité suisse
N° 20 170 - Mot du comité suisse
N° 19 170 - Le mot du Président
N° 18 170 - Assemblée des délégués
N° 17 169 - 70ème anniversaire AVIVO
N° 16 169 - Le mot du président
N° 15 169 - Le mot du comité suisse
N° 14 70EME DE L'AVIVO
N° 13 168 - Le mot du président
N° 12 168 - Le mot du comité suisse
N° 11 168 - Mot de la rédaction
N° 10 167 - Mot du président
N°  9   167 - Comité suisse
N°  8   166 -Mot du Président
N°  7   166 -Comité suisse
N°  6   165 Hiver - Mot du président
N°  5   165 Hiver - AVIVO & AVS 70 ans
N°  4   Référendum sur la loi fiscale
N°  3   - Conférence du 4 octobre
N°  2   164 - Mot du président
N°  1   164 - Assemblée des délégués

167 - Mot du président

L’AVIVO s’opposera toujours au démantèlement des acquis sociaux


Lors d’une récente session, le Grand Conseil neuchâtelois s’est prononcé sur le projet de réforme fiscale qui lui était soumis par le Conseil d’Etat. L’AVIVO a soigneusement étudié ce dossier et elle a fait part au gouvernement des remarques suivantes:

- concernant les personnes morales (les entreprises), le taux utilisé ne doit pas être inférieur au taux le plus bas pratiqué    par les cantons romands, sous peine d’entrer dans une spirale de sous-enchère fiscale :

- il est prévu de taxer les dividendes à 70%; l’AVIVO considère que les dividendes devraient être taxés à 100%, comme les salaires et les rentes;

- nous sommes opposés à l’abaissement du taux maximum, mesure qui favorise les contribuables les plus aisés;

- l’Etat propose de ne pas plafonner les déductions pour frais de déplacements; nous estimons que ceux-ci ne devraient pas dépasser le prix d’un abonnement général des CFF.

A notre avis, la réforme proposée est inégalitaire et profitera surtout aux riches contribuables. Il faut évidemment éviter que les personnes qui ont des ressources confortables partent sous des cieux fiscaux plus cléments. Mais pas au détriment des classes moyennes et modestes qui sont étranglées par une lourde fiscalité et dont le pouvoir d’achat est en constante régression.

Nous l’avons déjà dit et nous le répétons: les cadeaux fiscaux consentis aux riches et aux entreprises obligent la Confédération, les cantons et les communes à faire des économies dans le domaine social. Que ce soient les subsides des primes de l’assurance-maladie ou les prestations complémentaires, le démantèlement a déjà commencé.

Comme elle l’a toujours fait, l’AVIVO se battra pour défendre les aînés et éviter que le fossé se creuse encore davantage entre les riches et les pauvres. Le comité cantonal a écrit dans ce sens aux partis représentés au Grand Conseil neuchâtelois. A part les popistes et les Verts, les députés ne nous ont pas écoutés.

 

Rémy Cosandey