N° 27 173 - Rencontre avec TransN
N° 26 173 - Pro Senectute
N° 25 173 - Interview
N° 24 173 - Assemblée des délégués 2020
N° 23 173 - Message de la rédaction
N° 22 172 - Le mot du Président
N° 21 172 - Le mot du Comité suisse
N° 20 171 - Santé publique
N° 19 171 - Mot du comité cantonal
N° 18 171 - Message de la rédaction
N° 17 171 - Le mot du président
N° 16 171 - Le mot du comité suisse
N° 15 170 - Mot du comité suisse
N° 14 170 - Le mot du Président
N° 13 170 - Assemblée des délégués
N° 12 169 - 70ème anniversaire AVIVO
N° 11 169 - Le mot du président
N° 10 169 - Le mot du comité suisse
N°  9   70EME DE L'AVIVO
N°  8   168 - Le mot du président
N°  7   168 - Le mot du comité suisse
N°  6   168 - Mot de la rédaction
N°  5   167 - Mot du président
N°  4   167 - Comité suisse
N°  3   166 -Mot du Président
N°  2   166 -Comité suisse
N°  1   165 Hiver - AVIVO & AVS 70 ans

173 - Pro Senectute

Pro Senectute

 

D’alpha à oméga

Un siècle d’histoire et de nouveaux objectifs plein la tête ! Depuis 1997, Pro-Senectute contribue à améliorer la vie des personnes âgées. La fondation, dont le but premier fut d’éveiller et renforcer l’intérêt inhérent au bien-être du 3ème âge lorgnerait-elle aujourd’hui du côté des enfants ? « Le projet Win3 existe depuis belle lurette en Suisse alémanique.

Le succès est tel que nous avons décidé, en 2018, de goûter à notre tour au plaisir d’associer nos enfants et nos  aînés.» Directeur de Pro-Senectute Neuchâtel, Jura et Jura Bernois, Lucas Gigon ne cache pas sa satisfaction. Lancé il y a deux ans et en toute modestie sous nos latitudes, Win3 comble de réels besoins.

Le projet permet aux enfants de classes primaires de jouir de la complicité et du vécu de leurs aînés. Win3 comptabilise aujourd’hui 24 collaborations dispersées entre Neuchâtel, Peseux, Corcelles-Cormondrèche et 9 à La Chaux-de-Fonds. Les retombées sont telles que le directeur rêve de multiplier ces binômes.

Seul, un bagage de vie

Pro-Senectute recherche donc aujourd’hui de nouveaux bénévoles. Aucun profil type à l’horizon. Que des personnes motivées et ouvertes d’esprit. « Nous ne demandons aucun parcours universitaire. Seul, le bagage d’une vie comble  nos souhaits. » De nouvelles recrues permettraient au directeur d’atteindre le but fixé. Soit permettre à des marmots et à des « vieux », que deux générations séparent, de se retrouver aujourd’hui dans une quarantaine de classes. Aucun enseignant n’a été contraint d’accepter la présence d’un aîné. « Nous leur avons soumis, ainsi qu’aux directions, notre projet. Chacun a été libre d’accepter ou de refuser. » Le but de Win3 n’est pas non plus de supplanter d’autres appuis scolaires.Les bénévoles forment un véritable binôme avec le corps enseignant. Les premiers épaulent les seconds. «Notre projet n’a qu’un but, combler des besoins », explique Lucas Gigon.

Outre épauler le corps enseignant et aider les enfants du premier et du second cycle (école enfantine et première primaire), ce projet offre aux aînés, femmes ou hommes, une activité gratifiante et une véritable appartenance.


Un petit goût de miel

Le sourire de l’homme n’a d’égal que la douceur du regard qu’il pose sur l’autre. Pierre remonte le temps. Comme  d’autres s’astreignent à égrener celui qui coule.

Le retraité n’aime pas attendre. Il aime partager. Son rôle de grand-père, son savoir, son empathie.Y a-t-il un âge où l’opportunité ose encore se conjuguer au présent ? « Ils sont tout simplement vrais, malins, respectueux et curieux. » Pierre parle des enfants qui, depuis 2018, occupent une partie de son temps et de ses pensées.

Ce petit bout d’histoire de la vie de Pierre Berger, scientifique et fou d’astronomie, se joue aujourd’hui au collège  primaire de Vauseyon. « Je dois ces moments de grâce à Michèle, mon épouse, qui a découvert dans la presse locale, que Pro Senectute proposait aux aînés de Suisse romande de participer à Win3.

Un programme qui consiste à aider les institutrices. L’idée m’a plu. D’autant que Win3 remporte depuis plusieurs années un véritable succès en Suisse.

Difficile d’esquiver le plaisir que se dégage de Pierre quand il explique. Son entretien avec le directeur de la fondation. La première rencontre avec les institutrices et le dialogue qui s’est immédiatement instauré entre lui et une vingtaine de mômes d’une dizaine d’années qui se demandaient sans doute que venait faire ce pépé dans la classe. « Ils m’ont posé une kyrielle de questions. Je ne suis pas resté inactif non plus. Je me souviens d’un petit Ethiopien m’avouant qu’il adorait l’astronomie. » Il n’en fallut pas plus pour que Pierre laisse éclater sa joie, Un bonheur qui, depuis 2018, lui colle aux basques.

Une véritable mission. Depuis, Pierre se rend deux fois par semaine à l’école. Outre s’être transformé en bras droit de Jeanne et Pauline, les institutrices, le retraité se targue de faire fi de ses vieux réflexes et de mettre en exergue ses propres valeurs. Outre décharger les maîtresses et les seconder dans leurs tâches, l’aîné des classes qu’il fréquente suggère aussi à son entourage scolaire des idées découvertes. « Un de mes fils conducteurs fut de permettre aux enfants de découvrir le système solaire. Nous avons bricolé un plan simplement génial. » La classe s’est quasi transformée en voûte céleste. Le soleil, la lune et les planètes, tout y était. Suspendus à un fil qui traversait la classe, les astres ont aussitôt joué le rôle qui leur était assigné. « Chaque enfant a participé à l’élaboration du plan et à la réalisation et confection des planètes. Nous avons aussi mentionné le nom, la couleur et la température de chacune d’elle. Des panneaux expliquaient également les phases lunaires. » Parents et amis ont, ensuite, été conviés à  découvrir ce magnifique travail. L’imagination de notre aîné n’est de loin pas en berne. « Nous avons également parcouru les Gorges de l’Areuse sous la pluie mais dans l’euphorie la plus totale. La balade s’est interrompue à Areuse au milieu des poules du petit zoo.Et, si Pierre aime vraiment le partage qui s’est instauré entre les enfants et lui, il reconnaît sans détour que transmettre aux autres ce que les anciens d’alors lui ont apporté, lui confère une montagne de joie.

 

Christiane Meroni