N° 29 179 - Message de la santé publique
N° 28 179 - Message de la rédaction
N° 27 179 - Comité suisse
N° 26 179 - Comité cantonal
N° 25 179 - Comité cantonal
N° 24 178 - Le mot du comité suisse
N° 23 178 - Le mot de la présidente
N° 22 178 - AVS 2021
N° 21 177 - Mot de la présidente
N° 20 177 - Message de la rédaction
N° 19 177 - Le mot du comité suisse
N° 18 176 - Le mot du comité suisse
N° 17 176 - Le mot de la présidente
N° 16 175 - Message de la rédaction
N° 15 175 - Le comité suisse
N° 14 175 - La clé des Temples
N° 13 175 - Comité cantonal
N° 12 175 - Ca bouge à la maison
N° 11 174 - Message de la santé publique
N° 10 174 - Message de la rédaction
N°  9   174 - Le mot du Comité suisse
N°  8   174 - Comité cantonal
N°  7   173 - Rencontre avec TransN
N°  6   173 - Pro Senectute
N°  5   173 - Interview
N°  4   173 - Assemblée des délégués 2020
N°  3   173 - Message de la rédaction
N°  2   172 - Le mot du Président
N°  1   165 Hiver - AVIVO & AVS 70 ans

179 - Comité cantonal

78 milliards payés en trop par les locataires


Selon une analyse réalisée par le Bureau d’études de politique du travail et de politique sociale (BASS) et publiée dans le journal Arcinfo du 28 février dernier (sous le titre « C’est un hold-up permanent »), la différence entre les loyers  effectivement payés par les locataires et ce qu’ils auraient dû payer est abyssale. C’est en effet une somme de 78 milliards de francs qui a été encaissée en trop de 2006 à 2021, soit en moyenne 200 francs par mois.
Selon le conseiller national Carlo Sommaruga, c’est un montant de 10 milliards de francs qui est passé en 2021 des poches des locataires à celles des bailleurs de manière indue, ce qui représente 370 francs payés en trop par ménage. Pour le président suisse de l’ASLOCA, c’est particulièrement choquant, d’autant plus que ce sont les couches les plus vulnérables de la société qui sont le plus touchées. Pour elles, cela engendre un risque de tomber dans la pauvreté ou  de perdre leur logement.
Les raisons de la situation ? Tout d’abord, les rendements particulièrement élevés des placements dans l’immobilier ; ensuite et surtout le fait que la grande majorité des locataires ne font pas valoir leurs droits parce qu’ils craignent de se faire résilier.
Il faut rappeler qu’une diminution de ¼%du taux hypothécaire de référence correspond à une baisse de location de 2,91 %. Depuis septembre 2008, il y a eu 9 baisses de ¼%, ce qui correspond à une réduction de loyer de plus de 26 %.
C’est un droit absolu de demander une baisse de loyer (code des obligations) et une revendication justifiée protège les locataires pendant trois ans d’une éventuelle résiliation. L’AVIVO invite donc tous ses membres à intervenir auprès de leur
propriétaire. Nous tenons à leur disposition une lettre-type qui peut être demandée à la présidente cantonale.


Comité cantonal de l’AVIVO