N° 23 153 - Le billet du président
N° 22 153 - Prestations de la Poste
N° 21 152 - Le billet du président
N° 20 151 - Le billet du président
N° 19 151 - Assurance pour soins dentaires
N° 18 Initiative soins dentaires
N° 17 HEIDI DENEYS
N° 16 150 - Le billet du président
N° 15 Pour que les ainés puissent rester à domicile
N° 14 149 - Le billet du président
N° 13 Qui sommes-nous?
N° 12 148 - Le billet du président
N° 11 L hospitalisation de nos aînés
N° 10 ERICH PICKEL
N°  9   147 - Le billet du président
N°  8   146 - Le billet du président
N°  7   145 - Le billet du président
N°  6   Recommandations pour les transports publics
N°  5   Nouvelles du comité suisse
N°  4   Journée internationale des personnes âgées
N°  3   Vivre son existence en paix chez soi
N°  2   Le comité suisse de l’AVIVO défend plus que jamais les aînés
N°  1   prestations complémentaires

Vivre son existence en paix chez soi

éd

Vivre son existence en paix chez soi jusqu’au bout du voyage…
ou être contraint d’entrer dans un home ?

Le titre de cet article peut sembler dur. Pourtant il s’agit bel et bien de réfléchir à cette question. Une personne âgée, malade, impotente, a besoin de soins à domicile un jour. Ces soins peuvent être accompagnés de nettoyages qu’on ne peut plus exécuter  pour des raisons évidentes. Les repas à domicile sont également utiles. Bref, on ne peut plus se suffire à soi-même, on a besoin d’autres personnes pour assurer ces services.

Une législation fédérale existe sur le sujet. Mais, pour la réalité des problèmes vécus au quotidien, les législations cantonales diffèrent
parfois fortement.

Pour ne prendre que deux exemples, le canton du Jura et celui de Neuchâtel (régions de notre bulletin Avivo)  ainsi que le Jura bernois pratiquent des coûts mensuels pour résider dans un home, extrêmement différents. La fourchette va de Fr. 4500.- à Fr. 7000.-. En chiffres ronds, là n’est pas l’essentiel.

Les soins cumulés à domicile ont un coût également. Or, dans le cas de figure où ceux-ci  viendraient à coûter plus chers que dans un home relativement bon marché (sans jeu de mots), la personne soignée chez elle pourrait se voir contrainte d’entrer dans un home alors qu’elle n’en a aucune envie.

Le fédéralisme en ses Etats-Cantons provoque cette situation.

Autre aspect du problème. Si la personne âgée possède une fortune, elle a intérêt à ne pas en faire cadeau trop vite aux ayants-droit
ascendants ou descendants. Car, l’Etat pourrait ponctionner la part alimentaire aux enfants héritiers, après un calcul technique qui relève du canton d’habitat.

Ne voulant pas inonder de chiffres nos lecteurs, nous prions les intéressés concernés par ces aspects de se renseigner auprès de leur section Avivo. Chaque cas étant différent.

La section interjurassienne par l’ami Plumey a révélé une réalité qui peut tous nous concerner un jour. Merci.

Serge Mamie