N° 23 153 - Le billet du président
N° 22 153 - Prestations de la Poste
N° 21 152 - Le billet du président
N° 20 151 - Le billet du président
N° 19 151 - Assurance pour soins dentaires
N° 18 Initiative soins dentaires
N° 17 HEIDI DENEYS
N° 16 150 - Le billet du président
N° 15 Pour que les ainés puissent rester à domicile
N° 14 149 - Le billet du président
N° 13 Qui sommes-nous?
N° 12 148 - Le billet du président
N° 11 L hospitalisation de nos aînés
N° 10 ERICH PICKEL
N°  9   147 - Le billet du président
N°  8   146 - Le billet du président
N°  7   145 - Le billet du président
N°  6   Recommandations pour les transports publics
N°  5   Nouvelles du comité suisse
N°  4   Journée internationale des personnes âgées
N°  3   Vivre son existence en paix chez soi
N°  2   Le comité suisse de l’AVIVO défend plus que jamais les aînés
N°  1   prestations complémentaires

150 - Le billet du président

Pauvreté des aînés sous la loupe

    C’est là le titre d’un article d’une page qui a paru dans les journaux du 19 décembre dernier. Il commente une publication de l’Office fédéral de la statistique (OFS) intitulée «La pauvreté des personnes âgées».

    Le constat est inquiétant. En 2012, le taux de pauvreté chez les plus de 65 ans était plus élevé que la moyenne. Il atteignait 16,4% contre 7,75 pour l’ensemble des habitants de la Suisse. Plusieurs
raisons sont à l’origine de ce chiffre. Les femmes seules, les personnes avec un bas niveau de formation scolaire et celles dont le revenu est constitué principalement de rentes du 1er pilier sont beaucoup plus
souvent touchées par la pauvreté.

Plus d’un quart des retraités (28,5%) ne perçoit aucune autre prestation de vieillesse outre l’AVS. Pour plus de la moitié de ces
personnes, l’AVS représente même, avec d’éventuelles prestations complémentaires ou allocations pour impotents, l’unique source de revenu.

Dans un commentaire, Christiane Jaquet-Berger, présidente de l’AVIVO suisse, confirme l’étude de l’OFS: «La pauvreté augmente d’après ce que nous constatons à l’AVIVO en remplissant les feuilles d’impôt». Et elle pointe du doigt certaines causes de ce phénomène: «Absence d’adaptation du deuxième pilier au coût de la vie; endiguement des rentes AVS depuis 1975». On est loin des moyennes qui font de la Suisse le pays le plus riche du monde… mais aussi le plus inégalitaire.

Deux bonnes nouvelles pour terminer

Lors de la récente session du Grand Conseil, nous avons remporté une grande victoire puisque le législatif cantonal a désavoué le Conseil d’Etat qui voulait diminuer le montant de l’argent personnel auquel ont droit les personnes placées dans les homes. Nous nous sommes beaucoup engagés dans cette lutte et nos démarches, publiques ou discrètes, ont été couronnées de succès.

Enfin, la récente campagne d’adhésion que nous avons effectuée en nous adressant aux personnes domiciliées dans le canton et nées en 1947 et 1948 nous a permis de faire 84 nouveaux membres. C’est beaucoup en chiffre absolu mais peu (3,57%) par rapport aux 2351
personnes touchées. Il convient donc de rappeler que la meilleure publicité est celle faite par des membres auprès de leurs voisins et connaissances.

Rémy Cosandey