N° 23 153 - Le billet du président
N° 22 153 - Prestations de la Poste
N° 21 152 - Le billet du président
N° 20 151 - Le billet du président
N° 19 151 - Assurance pour soins dentaires
N° 18 Initiative soins dentaires
N° 17 HEIDI DENEYS
N° 16 150 - Le billet du président
N° 15 Pour que les ainés puissent rester à domicile
N° 14 149 - Le billet du président
N° 13 Qui sommes-nous?
N° 12 148 - Le billet du président
N° 11 L hospitalisation de nos aînés
N° 10 ERICH PICKEL
N°  9   147 - Le billet du président
N°  8   146 - Le billet du président
N°  7   145 - Le billet du président
N°  6   Recommandations pour les transports publics
N°  5   Nouvelles du comité suisse
N°  4   Journée internationale des personnes âgées
N°  3   Vivre son existence en paix chez soi
N°  2   Le comité suisse de l’AVIVO défend plus que jamais les aînés
N°  1   prestations complémentaires

152 - Le billet du président

La peur, le mensonge et l’argent

           Dans une démocratie telle que la Suisse, chacun est libre de choisir les autorités de son pays, de son canton ou de sa commune. Chacun a également le loisir de se forger une opinion lorsqu’il s’agit de se prononcer sur une initiative, un référendum, une demande de  crédit, un aménagement du territoire ou une modification constitutionnelle.

Il faut, hélas, mettre ce paragraphe au passé car, depuis quelques années, les programmes des partis politiques et les argumentaires bien ficelés ont été remplacés par des slogans simplistes et souvent mensongers. L’Union démocratique du centre (UDC) a ouvert les feux, elle a rapidement été imitée par tout ce que la Suisse compte de mouvements populistes (au sens négatif du terme), notamment la LEGA tessinoise et le MCG (Mouvement des citoyens genevois). Même le parti libéral-radical fait de plus en plus souvent de la surenchère. Et les élus socialistes au Conseil d’Etat neuchâtelois mènent une politique antisociale que ne désavouent pas les milieux les plus conservateurs!

Le triste individu qu’était Goebbels, chef de la propagande nazie, disait: «Un mensonge prononcé une fois est un mensonge, répété cent fois, il devient une vérité». Avec la peur qu’ils distillent, l’argent qu’ils injectent à chaque votation, leurs exagérations et surtout leurs mensonges, certains politiciens et certains partis puisent leur doctrine à de bien vilaines sources.

 Au cours des années qui viennent, l’AVIVO devra lutter pour que les aînés ne soient pas prétérités par les «réformes» qui se préparent. Elle combattra le «Paquet Berset» qui privilégie le second pilier par rapport à l’AVS. Celle-ci est une véritable assurance sociale, basée sur le principe de la solidarité, ce qui n’est pas le cas du deuxième pilier et de l’assurance-maladie. La majorité des Chambres fédérales estime que l’initiative AVSPlus, soutenue par l’AVIVO, coûterait trop cher. Et ce sont les mêmes qui soutiennent un deuxième pilier qui sera beaucoup plus onéreux pour les employeurs et les salariés!

Dernière remarque: lors de l’assemblée générale de la section du Val-de-Travers, un membre de l’AVIVO m’a fait remarquer que la nouvelle échelle fiscale cantonale faisait la part belle aux riches et que les contribuables modestes n’avaient que les yeux pour pleurer. Il a raison, mais, je lui ai fait remarquer que le peuple élisait souvent des
personnes sympathiques qui défendent des positions contraires aux intérêts des aînés. Il faudra s’en souvenir lors des élections fédérales de cet automne.

Rémy Cosandey