N° 34 162 - Initiatives Assurances-Maladies
N° 33 160 - Etre Mobile
N° 32 159 - Christine Jaquet-Berger
N° 31 157 - Christiane Jaquet-Berger
N° 30 Infrarouge - AVSPlus
N° 29 156 - Christiane Jaquet-Berger
N° 28 155 - Billet du comité neuchâtelois
N° 27 Colloque prévention Santé
N° 26 Pour des transports performants
N° 25 Assemblée des délégués 2016
N° 24 154 - Le billet du président
N° 23 153 - Le billet du président
N° 22 153 - Prestations de la Poste
N° 21 152 - Le billet du président
N° 20 151 - Le billet du président
N° 19 151 - Assurance pour soins dentaires
N° 18 Initiative soins dentaires
N° 17 HEIDI DENEYS
N° 16 150 - Le billet du président
N° 15 Pour que les ainés puissent rester à domicile
N° 14 149 - Le billet du président
N° 13 Qui sommes-nous?
N° 12 148 - Le billet du président
N° 11 L hospitalisation de nos aînés
N° 10 ERICH PICKEL
N°  9   147 - Le billet du président
N°  8   146 - Le billet du président
N°  7   145 - Le billet du président
N°  6   Recommandations pour les transports publics
N°  5   Nouvelles du comité suisse
N°  4   Journée internationale des personnes âgées
N°  3   Vivre son existence en paix chez soi
N°  2   Le comité suisse de l’AVIVO défend plus que jamais les aînés
N°  1   prestations complémentaires

157 - Christiane Jaquet-Berger



Gare à l’âgisme !

 

 

Renoncer à offrir certains soins médicaux ou des médicaments vu l’âge du patient ? Limiter l’accès à des emplois pour cause d’âge ou purement et simplement licencier les seniors ? Restreindre la participation des aînés aux institutions ? Refuser l’accès des retraités aux conseils l’administration des caisses de pension ?

Voilà l’âgisme. C’est contraire à la Constitution, c’est une discrimination.

Or celle-ci est plus subtile et plus sournoise qu’il y paraît. Les médias et la TV revoient parfois une vision idéalisée des retraités, tous aisés, bien bronzés et grands voyageurs, ce qui finit par aider à constituer des stéréotypes défavorables.
Alors que le vieillissement fait partie de l’ordre naturel de la vie, l’âgisme incite les gens à nier leur âge pour éviter les discriminations qui en découlent et à se lancer dans une recherche désespérée de soins et d’opérations esthétiques parfois malencontreuses.
En outre, à force d’être exposées à la discrimination, les victimes d’âgisme peuvent en venir à incorporer des représentations sociales négatives et ainsi réduire leur liberté en se disant « Je ne veux pas ennuyer les gens, je reste chez moi » ou « Je fais partie d’une population fragile, je vais réduire mes activités ».
Ce sont des formes d’exclusion sociale inacceptables. Il ne peut y avoir dans la société un préjugé et une détermination du rôle des gens basés sur leur âge. Notre responsabilité à nous tous est de ne pas le permettre.

 

 

Christiane Jaquet-Berger
co-Présidente FARES
Présidente AVIVO Suisse