N°  9   174 - Message Présidente
N°  8   173 - Tournoi de pétanque
N°  7   170 - Plaisir et santé
N°  6   170 - Noël, la fête du partage
N°  5   170 - Centre Dürrenmatt
N°  4   169 - Restaurant et course en bateau
N°  3   169 - Knie et pétanque
N°  2   168 - Sortie à Besançon
N°  1   166 - Un beau Noël

170 - Plaisir et santé

Section de Neuchâtel et environs

Plaisir et santé : l’assiette des seniors

La conférence sur l’assiette de Seniors présentée par Mme Nathalie Brodu, diététicienne à NOMAD, a rencontré un vif succès. En voici un compte-rendu et des recommandations alimentaires spécifiques aux seniors.

L’alimentation des seniors et son contexte.

Chez les personnes de 65 ans et plus, se nourrir de manière variée et équilibrée, selon ses besoins contribue au « bien vieillir » au même titre que l’activité physique, la convivialité et au « prendre soin de soi ".

Avec l'âge, (en plus de l'expérience et de la sagesse!),apparaissent certaines modifications physiologiques. Les principales sont une perte de la densité osseuse et une diminution de la masse musculaire. Souvent évoqué, le ralentissement du transit intestinal, lui, peut induire une constipation. Et du côté des sens, le goût et l’odorat par exemple, perdent un peu de leur acuité. Bien connaître ces évolutions permet de trouver des solutions adaptées, voire mieux, de les anticiper. C’est dans ce but de prévention que les  recommandations nutritionnelles destinées aux seniors ont été édictées. 

Dans les grandes lignes, ces recommandations sont similaires à celles de la population d’âge moyen en bonne santé. Cependant, comme toutes recommandations, il faut prendre en considération les besoins spécifiques de l’individu. Distinction primordiale pour une population de seniors composée de manière très hétérogène, catégorisée selon trois grands groupes : les personnes âgées robustes, les personnes vulnérables et les personnes dépendantes.

De plus, à l’heure actuelle, s’interroger sur le contenu de l’assiette des seniors implique de s’intéresser à des domaines complémentaires à la nutrition, tels que la dimension économique et sociale, les questions pratiques, l’écologie, etc.

A chaque fois qu’un individu demande conseil sur ses besoins nutritionnels, il s’agit de prendre en compte tous les facteurs individuels liés à sa santé ainsi qu’aux facteurs socio-environnementaux qui sont les siens. Pour illustrer le propos, les assiettes d’une femme paysanne encore active de 70 ans n’auront certainement pas le même contenu que celles d’une retraitée de 85 ans, pensionnaire d’un EMS.

Les recommandations alimentaires spécifiques.

Quant à l’alimentation équilibrée, elle s’illustre grâce à l’exemple de la pyramide alimentaire. Les aliments des étages inférieurs sont nécessaires en plus grande quantité, alors que ceux des étages supérieurs suffisent en moindre quantité. A savoir qu’une alimentation saine necomporte pas d’interdit, mais résulte simplement de la combinaison des aliments dans une juste proportion. 

Les recommandations générales pour l’alimentation des seniors de la Société suisse de nutrition précisent le propos. Elles sont exposées dans le tableau ci-dessous et doivent être lues, nuancées par les divers éléments cités en amont.

Le surpoids et la dénutrition, deux problèmes fréquents.

Même si une personne respecte les recommandations d’équilibre alimentaire à la lettre, elle peut être en surpoids. Cela s’explique par des apports plus élevés que les besoins énergétiques. D’où l’importance de revoir les quantités afin  ’adapter les assiettes journalières.

La dénutrition est un autre problème dont la fréquence augmente avec l’âge. Souvent causée par une perte d’appétit liée à de multiples facteurs, cette pathologie, caractérisée par une perte de poids involontaire d’au moins 5% en un mois, doit être prise au sérieux. Ne plus avoir envie de manger n’est pas banal et demande une réaction rapide!
Consulter le médecin qui va poser un diagnostic, traiter les causes et prescrire éventuellement une prise en charge nutritionnelle par un diététicien. Agir pour éviter les conséquences délétères de la dénutrition et ainsi, favoriser une meilleure autonomie et qualité de vie.

Les ingrédients primordiaux

Les conseils alimentaires seraient incomplets si l’importance des saveurs, de la variété des goûts, les notions de convivialité et de partage étaient oubliés. Ces éléments, et d’autres encore, participent à part entière au plaisir de manger : des suppléments indispensables à une assiette équilibrée pour favoriser la santé des seniors.

 

Source: Société suisse de nutrition