N°  2   146-Le soliloque du grincheux
N°  1   145-Le soliloque du grincheux

146-Le soliloque du grincheux

Les bêtes sont-elles bêtes ?

 

Une fois n’est pas coutume, le grincheux a déniché une histoire extraordinairement touchante, dénuée de sa critique coutumière (où presque) : La vie ne tient parfois qu’à un fil. L’histoire – véridique - qui suit montre qu’elle peut dépendre d’un animal. Elle a pour cadre St-Louis, petit village de Sarrebourg en Moselle.

Le 2 décembre 2012, Dédé, solide gaillard dans la soixantaine se promène dans la forêt en compagnie de sa chienne Roxane, imposant berger allemand de 12 ans. Il neige ; il fait un froid glacial. A 300 mètres après la sortie du village, Dédé ressent des picotements dans les jambes ; sa poitrine l’oppresse. Il essaie de s’assoir mais s’écroule sur le chemin forestier, dans la neige, inconscient. Il se réveillera plusieurs heures après à l’hôpital, cherchant à comprendre ce qui s’est passé.

Ce jour-là, un couple de voisins  Pia et Christophe, qui habite à un kilomètre de chez Dédé, sortent leur voiture du garage et
s’apprêtent à partir quand un chien se met à tourner autour du véhicule, en aboyant et en pleurant. Il désigne de son museau la direction que lui et son maître empruntent régulièrement pour leur balade. Le couple comprend qu’il se passe quelque chose de grave car Roxane ne se promène jamais seule et a l’air affolée.

Le couple se rend aussitôt dans la direction désignée par le chien et découvrent leur voisin inconscient dans la neige. Ils appellent les pompiers qui prennent en charge le malheureux dont la température corporelle est déjà descendue à 32°.

Ce jour-là, un chien a sauvé la vie d’un homme. C’est tout absolument merveilleux. Cette histoire ne peut inspirer qu’un immense respect pour tous les animaux quels qu’ils soient, des êtres trop souvent délaissés, exploités, maltraités, abandonnés quand ils ne sont pas tout simplement massacrés, à l’image du loup ou de l’ours, de nos jours encore et dans notre pays. Quelle honte à ceux qui n’ont pas encore compris que ces créatures soit disant sans intelligence n’ont pas inventé, elles, les bombes atomiques et les armes chimiques, les guerres, les massacres et les génocides.

Oui, aimez-les et respectez-les, ce n’est pas si compliqué…

« Un chien, un chat, c'est un cœur avec du poil autour. » (Brigitte Bardot)

Le grincheux : C.L.