N°  8   Les plus démunis
N°  7   149 - Le soliloque du Grincheux
N°  6   149 - Christiane Jaquet-Berger
N°  5   Assurance-maladie
N°  4   148 - Oui ou Non - Christiane Jaquet-Berger
N°  3   146 - Christiane Jaquet-Berger
N°  2   146-Le soliloque du grincheux
N°  1   145-Le soliloque du grincheux

Assurance-maladie

Pour une assurance-maladie plus juste et plus simple

On sait désormais que l’importante votation sur l’initiative «caisse publique» aura lieu le 28 septembre 2014. Juste avant que les assurés ne prennent connaissance des nouveaux tarifs de l’assurance de base pour 2015 et avec la certitude que la campagne sera écourtée par la période des vacances estivales!

C’est que les opposants et les assureurs sont en campagne depuis plusieurs semaines: des pamphlets ont déjà été édités et les courriers de nos assurances maladie sont constellés de critiques acerbes. L’importance accordée au dénigrement de cette initiative montre combien les assureurs craignent de perdre de leur pouvoir sur la politique de la santé. C’est aussi le signe des généreux moyens financiers qui sont mis à leur disposition dans ce combat, grâce à nos cotisations sans doute. Selon les initiateurs, il y a trois principales raisons de se prononcer en faveur de la caisse publique:

1. Une assurance-maladie dont les primes correspondent aux coûts réels, ce que les cantons peuvent vérifier.

2. Des économies sur les réserves qui pourront passer de 6 à 2 ou 3 milliards, sur les changements de caisses devenus inutiles (400 millions) et sur la pub et les démarcheurs.

3. L’absence de chasse aux bons risques, ce qui privilégiera les personnes âgées et les malades chroniques.

La soi-disant «concurrence régulée» dans l’assurance de base n’est qu’un mirage. Ce principe n’a cessé de montrer ses limites. Les faits montrent la résistance opiniâtre des assureurs maladie à toute régulation de l’exercice des pouvoirs que la LAMal leur a confiés. C’est pourquoi il faut changer complètement l’orientation de l’assurance maladie avec l’abandon de cette concurrence, même prétendument régulée, qui n’est pas compatible avec une assurance maladie SOCIALE comme la LAMal.

Disons-le clairement: les prestations ne seront pas diminuées, le libre choix du médecin est garanti et l’augmentation des primes pourra être contenue. Alors, n’hésitons pas le 28 septembre:

OUI à l’initiative pour une caisse-maladie publique

Christiane Jaquet-Berger

Présidente suisse de l’AVIVO