N° 14 153 - Il manquait la plume !
N° 13 152 - Le soliloque du Grincheux
N° 12 152 - Grands-parents pour le climat
N° 11 151 - Le soliloque du Grincheux
N° 10 151 - L Etat tique
N°  9   150 - Le soliloque du Grincheux
N°  8   Les plus démunis
N°  7   149 - Le soliloque du Grincheux
N°  6   149 - Christiane Jaquet-Berger
N°  5   Assurance-maladie
N°  4   148 - Oui ou Non - Christiane Jaquet-Berger
N°  3   146 - Christiane Jaquet-Berger
N°  2   146-Le soliloque du grincheux
N°  1   145-Le soliloque du grincheux

151 - Le soliloque du Grincheux

Trop compliqué

Depuis que l’Union Européenne a uniformisé pour ses membres l’immatriculation des pays sur les plaques des véhicules routiers, il n’est pas toujours facile de savoir de quelle nation vient la voiture ou le camion qui passe devant vous si vous êtes un piéton ou qui vous précède si vous roulez sur la route.

Il faut avoir de bons yeux et  beaucoup de réflexes à défaut de coller son nez au cul des véhicules étrangers pour connaître leur provenance. Avant il y avait les autocollants ; c’était visible, même de loin. Le progrès n’est pas toujours signe d’amélioration.

La Suisse pour sa part doit continuer à afficher son « CH » à l’arrière de ses véhicules. C’est sans doute trop compliqué pour les Européens de deviner l’origine du pays représenté par  une croix blanche sur fond rouge bien visible sur les plaques d’immatriculation. Alors certains états comme l’Italie font du zèle et collent les automobilistes qui n’ont pas pris la précaution d’apposer leur « CH ».

Un conseiller national tessinois a donc légitimement déposé une motion pour demander de pallier à ce contentieux.

Jugeant de même le problème trop compliqué pour eux et sans doute trop peu porteur médiatiquement, les conseillers nationaux ont hélas refusé cette motion par 97 voix contre 85. Les Suisses continueront donc d’apposer l’autocollant litigieux à côté de leurs plaques… ou paieront une amende à l’étranger. Quand on ne veut pas on ne veut pas !

« Quand le ressort secret des volontés s'est détendu, il ne sert à rien de remonter les mécanismes » (Patrick Segal).

Le grincheux : C.L.