N° 13 162 - Reportage Noël 2017
N° 12 160 - Le soliloque du Grincheux
N° 11 158 - Que sont les prestations complémentaires
N° 10 158 - Coût de la santé
N°  9   157 - Le soliloque du Grincheux
N°  8   155 - Le Soliloque du Grincheux
N°  7   153 - Les conducteurs âgés sous la loupe
N°  6   153 - Il manquait la plume !
N°  5   152 - Le soliloque du Grincheux
N°  4   152 - Grands-parents pour le climat
N°  3   151 - Le soliloque du Grincheux
N°  2   151 - L Etat tique
N°  1   150 - Le soliloque du Grincheux

153 - Les conducteurs âgés sous la loupe

LES CONDUCTEURS AGES SOUS LA LOUPE


Les aînés seraient-ils les mal-aimés de nos autorités, les perpétuels incompris, les laissés- pour- compte de la société? Après les suppressions des bureaux de poste de quartiers, l’augmentation des titres de transport, la hausse des primes maladie, l’adaptation dérisoire de l’AVS et j’en passe, voilà qu’on cherche par diverses contraintes à diminuer la mobilité des aînés.

Non contents d’imposer un examen médical tous les deux ans, nos services ont l’intention de serrer la vis sous prétexte de diminuer les accidents. Nos routes sont encombrées, les places de parc se réduisent comme peau de chagrin et c’est aux conducteurs âgés de porter le chapeau... D’après la statistique, ils ne sont pas les plus dangereux. Ils savent adapter leur vitesse en fonction de leur temps de réaction. Ils laissent sagement leur voiture à la maison s’ils se sentent inaptes à la conduite de nuit. Leur bon sens leur fera éviter les autoroutes. Ce n’est pas en allant faire leurs courses au supermarché ou dans une métairie pour une partie de cartes avec des amis qu’ils mettront la vie des gens en danger.

 Le vrai problème de nos autorités est l’argent. Comment renflouer les caisses de l’Etat? Par exemple en obligeant les aînés à passer par un inspecteur nommé par l’Etat, qui établira une liste de tracasseries pour évaluer l’aptitude des conducteurs et les obliger, le cas échéant, à suivre des cours de conduite de rattrapage plus ou moins longs. En prime, des frais supplémentaires pour combler les déficits de l’Etat! 

Dans notre monde actuel, la mobilité est un atout. Les usagers de la route, jeunes et vieux, doivent se conformer à certaines règles de cohabitation et d’égards les uns envers les autres. Le respect de chacun et le sens de la responsabilité entre générations devraient éviter une paperasserie inutile et des contraintes qui exaspèrent le citoyen automobiliste. Nous estimons que le contrôle de santé tous les deux ans effectué par le médecin de famille est suffisant. La mobilité des aînés est un facteur important de leur bien-être. Nos responsables doivent en tenir compte. Affaire à suivre...


Un membre de la Section interjurassienne