N° 10 165 Hiver - Suite d'une histoire au 10b
N°  9   165 Hiver - Hommage à Roland
N°  8   165 Hiver - Entretien avec
N°  7   162 - Reportage Noël 2017
N°  6   160 - Le soliloque du Grincheux
N°  5   158 - Que sont les prestations complémentaires
N°  4   158 - Coût de la santé
N°  3   157 - Le soliloque du Grincheux
N°  2   155 - Le Soliloque du Grincheux
N°  1   153 - Les conducteurs âgés sous la loupe

158 - Coût de la santé

Coût de la santé

Des autorités fédérales soumises aux caisses-maladie



  Chaque année, les primes de l’assurance-maladie augmentent. L’évolution des coûts de la santé a un effet très important sur le budget des assurés, en particulier des plus modestes, et des cantons dont les subsides représentent une part toujours plus lourde de leur budget.
  Sur les 200 conseillers nationaux, 106 (tous de droite) sont liés aux caisses-maladie ou aux cliniques privées. Ils défendent les intérêts des lobbies qui les rémunèrent plutôt que les intérêts des assurés. Mais il y a encore mieux: les nouveaux présidents du Conseil national et du Conseil des Etats, Jurg Stahl (UDC) et Ivo Bischofberger (PDC) sont salariés par le Groupe Mutuel. Tous deux siègent par ailleurs en commission de santé!
  Le Conseil national vient d’adopter une motion de la droite demandant que la franchise minimale de l’assurance-maladie obligatoire soit régulièrement indexée aux coûts de la LAMal. Raison invoquée: rendre les assurés beaucoup plus conscients des coûts qu’ils génèrent et les responsabiliser. C’est là une injure à l’égard de tous les malades qui font très attention mais que leur pathologie (diabète, hypertension par exemple) oblige à consommer des médicaments très onéreux. Le conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard résume bien la situation: «Reporter sur le patient un peu plus les coûts ne ralentira pas la hausse des primes. Ce raisonnement ne tient pas la route».
  A propos du coût de la santé, qui se répercute directement sur l’augmentation des primes de l’assurance-maladie, l’AVIVO partage entièrement les propositions de Stefan Meierhans, Monsieur «Prix». Si on suivait ses recommandations, si on réduisait les marges indécentes de l’industrie pharmaceutique et si on centralisait un peu mieux les appareils coûteux, les primes pourraient être contenues. Au lieu de râler à chaque augmentation, les assurés devraient soutenir des propositions qui vont dans le sens de leurs intérêts.


Comité suisse de l’AVIVO
 

Assemblée des délégués des sections neuchâteloises

Elle aura lieu le lundi 10 avril 2017, à 14h30, à la Brasserie de la Fontaine (salle du 1er étage), Léopold-Robert 17, La Chaux-de-Fonds.

Rappelons que chaque section, en plus des membres du comité cantonal, a droit à 5 délégués.