N° 13 162 - Reportage Noël 2017
N° 12 160 - Le soliloque du Grincheux
N° 11 158 - Que sont les prestations complémentaires
N° 10 158 - Coût de la santé
N°  9   157 - Le soliloque du Grincheux
N°  8   155 - Le Soliloque du Grincheux
N°  7   153 - Les conducteurs âgés sous la loupe
N°  6   153 - Il manquait la plume !
N°  5   152 - Le soliloque du Grincheux
N°  4   152 - Grands-parents pour le climat
N°  3   151 - Le soliloque du Grincheux
N°  2   151 - L Etat tique
N°  1   150 - Le soliloque du Grincheux

160 - Le soliloque du Grincheux

Pour la semaine « Alcool 2017 », de nombreuses manifestations ont été menées dans la région.

A Bienne notamment, et sous l’égide de Santé bernoise, de la Croix-Bleue et du Foyer Schöni, des comédiens se sont glissés incognito dans les bus pour y jouer des scènes de ménage en lien avec l’alcool, devant un public non averti.

Au départ de la gare, me voilà donc complètement surpris par l’attitude et le comportement d’un jeune couple qui commence à se disputer. Pas bien grave, me dis-je, car il n’est pas rare que des brouilles s’amorcent dans les transports publics.
Mais quelques minutes et arrêts plus loin, la dispute prend une tournure plus dramatique. Le ton monte. On comprend dans cet échange verbal tout à la fois le désarroi de cette femme qui n’en peut plus de devoir supporter l’alcoolisme de son mari et l’attitude de ce dernier qui peine à reconnaître son addiction et ne mesure pas le mal et les dégâts qu’il engendre.
Les voyageurs sont interloqués. Ils chuchotent entre eux et mesurent bien l’enjeu de cette problématique.
Assis à l’arrière du véhicule, un couple de septuagénaire semble figé. Il ne dit mot. Mais à la descente du terminus, je vois que leurs visages sont graves, défaits, le regard fuyant et une larme coule sur la joue de la femme. Ce couple, je le connais, ils endurent eux-mêmes cette misère. Ils ont un fils qui souffre de cette maladie et qui peu à peu a perdu sa femme, ses enfants, ses amis et son travail. Ils ont tout fait pour tenter de le convaincre de sortir de son addiction, mais en vain.
Alors ils souffrent en silence. A vrai dire ils n’ont pas mérité tel tourment, mais ainsi va la vie. Peut-être qu’avec le temps ce fils trouvera la force de réaliser ce qui lui arrive. Peut-être se trouver-a-t-il un jour confronté lui aussi à son destin et qu’il comprendra que lui seul peut décider de s’en sortir.
Maintenant le bus est reparti et les deux aînés s’en vont main dans la main, traînant légèrement la jambe et courbés par le poids de leur souffrance. Combien sont-ils dans une telle situation ? Combien de parents et de couples vivent cet enfer, de désespoir, cette affliction, cette désespérance ?
« Un type intelligent qui boit trop devient complètement con. - Un type complètement con qui boit trop reste complètement con. - J'en conclus que l'alcool rend con sauf les cons. (Philippe Geluck).


Le grincheux : C.L.