N° 25 172 - Rien qu'un prénom
N° 24 172 - Pas un dialogue de sourd
N° 23 172 - C'était le bon vieux temps
N° 22 171 - Reportage - On est complètement toqué
N° 21 171 - Reportage - Appart-Ages
N° 20 168 - Fil d'Ari(h)ane
N° 19 168 - Vice-présidente La Chaux-de-Fonds
N° 18 168 - Rédacteur du bulletin
N° 17 168 - Présidente du Val-de-Travers
N° 16 168 - Présidente de Neuchâtel
N° 15 168 - Président du Locle
N° 14 168 - Président cantonal
N° 13 168 - Parole aux jeunes
N° 12 168 - Page climat
N° 11 166 - Un homme du peuple
N° 10 165 Hiver - Suite d'une histoire au 10b
N°  9   165 Hiver - Hommage à Roland
N°  8   165 Hiver - Entretien avec
N°  7   162 - Reportage Noël 2017
N°  6   160 - Le soliloque du Grincheux
N°  5   158 - Que sont les prestations complémentaires
N°  4   158 - Coût de la santé
N°  3   157 - Le soliloque du Grincheux
N°  2   155 - Le Soliloque du Grincheux
N°  1   153 - Les conducteurs âgés sous la loupe

168 - Président cantonal

 

 

Le temps ne suspend jamais son vol


Le regard se cache derrière une paire de lunettes qui semblent vouloir se faire la belle. Le nez fronce. La monture obéit. Regagne sa place, et autorise l’homme à scruter derechef l’espace. Celui qui l’entoure sent déjà la manifestation. La gare est en train de se parer de mille couleurs. Presque toutes féminines. Le président cantonal de l’Association suisse de défense et de détente des retraités, plus communément connue sous le terme Avivo, n’a qu’une heure devant lui. « Je remonte à La Chaux-de-Fonds sitôt l’entretien terminé. Les femmes du Haut comptent sur ma solidarité et le train n’attend pas ! »

Le ton est donné. Un autre président s’assied. Celui de la section de l’Avivo de La Chaux-de-Fonds. Les présidences s’entrechoquent. Une situation qui rend Rémy Cosandey aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau. « Je suis également caissier pour l’Avivo suisse !» Le duo présidentiel n’en finit pas d’énumérer ses multiples autres fonctions. Il revendique sa couleur politique. « Je suis vert. Je préside d’ailleurs la Commission cantonale de gouvernance et celle de la fiscalité et de l’économie. »

Une seconde nature

N’en jetez plus ! La coupe n’est pourtant pas encore pleine. Actif au sein de la société philanthropique l’Union, Rémy Cosandey ne lâche pas pour autant ses contemporains, la fanfare, la chorale... « Le bénévolat, chez moi, est une  seconde nature ! » S’il admet lui consacrer une grande partie de son temps, il ne veut pourtant pas y laisser des plumes. La grève des femmes de ce 14 juin lui titille à nouveau l’esprit. L’homme, qui s’est toujours battu pour l’égalité et la solidarité, remonte le temps. Celui qui fleure bon le syndicalisme et la politique. « On ne touche pas à la culture, à l’éducation, au social et à la santé. Cela fait plus de 55 ans que je me bats pour eux et ce n’est pas aujourd’hui que je vais baisser les bras. »

L’ancien conseiller communal loclois de Droit de parole refait surface. Le ton prend une tournure politique. On ne  se refait pas ! Il aime vraiment les gens du Haut. Leur esprit révolutionnaire lui convient parfaitement. « L’esprit prussien de ceux du Bas m’insupporte parfois ? » Le rire l’emporte. La bienséance reprend pied. Les propos se rhabillent de  conseils. « Il faut se battre. Ne pas se décourager. On va tantôt rejoindre l’autre rive. Luttons donc ensemble pour la nouvelle génération ! » L’Avivo, chacun le sait, a un besoin urgent de sang plus jeune. A ce jour, une des principales préoccupations du multiple président se résume en un simple mot : recrutement !

 

Christiane Meroni