N° 22 171 - Reportage - On est complètement toqué
N° 21 171 - Reportage - Appart-Ages
N° 20 168 - Fil d'Ari(h)ane
N° 19 168 - Vice-présidente La Chaux-de-Fonds
N° 18 168 - Rédacteur du bulletin
N° 17 168 - Présidente du Val-de-Travers
N° 16 168 - Présidente de Neuchâtel
N° 15 168 - Président du Locle
N° 14 168 - Président cantonal
N° 13 168 - Parole aux jeunes
N° 12 168 - Page climat
N° 11 166 - Un homme du peuple
N° 10 165 Hiver - Suite d'une histoire au 10b
N°  9   165 Hiver - Hommage à Roland
N°  8   165 Hiver - Entretien avec
N°  7   162 - Reportage Noël 2017
N°  6   160 - Le soliloque du Grincheux
N°  5   158 - Que sont les prestations complémentaires
N°  4   158 - Coût de la santé
N°  3   157 - Le soliloque du Grincheux
N°  2   155 - Le Soliloque du Grincheux
N°  1   153 - Les conducteurs âgés sous la loupe

168 - Présidente du Val-de-Travers

Le bon sens

« Je n’ai plus rien à prouver... » Voilà, elle l’a dit ! En effleurant, juste du regard,  Béatrice Kaeslin, l’actuelle présidente de la section Avivo du Val-de-Travers, la vérité éclate. Les contours de son aura de douceur s’estompent très légèrement. Mais ne cèdent pas. La gestuelle prend le dessus. Le chien « Gégé » veut alors sa part d’attention. Le matou « Némo » n’est pas partageur. Les caresses se dissolvent dans les ronronnements. L’amour reprend tous ses droits. La parole occupe l’espace. « Ma vie me plaît. Je vis dans un quartier multiculturel. Je ne suis pas obligée de couper les cheveux en quatre pour être heureuse. La politique ne m’intéresserait que si je pouvais créer le parti du bon sens ! » Et du bon sens, Béatrice n’en est pas avare. Pas plus, d’ailleurs, que de son petit accent qui met l’ouïe en éveil.

Elle déguste les pays

Née d’une mère autrichienne et d’un père suisse et… diplomate, Béatrice remonte le temps. Celui de sa naissance à Sofia. De ses premières années scolaires à Ankara « les cours étaient donnés en allemand. » De son collège, à Venise donc en italien, et de son retour en Suisse, à Berne, où elle termine ses études et tente de s’enraciner. Peine perdue.  Elle rencontre son futur époux qui, est-ce par mimétisme, l’installe au Valde- Travers. Puis en France, puis de nouveau au Vallon ! Un autre grand départ l’attend. Celui du secrétariat et… du bénévolat. Outre l’Avivo, qu’elle découvre juste en s’inscrivant au cours de gymnastique. De « Gégé » qui réclame quelques mises au point et qui l’entraîne à  s’impliquer dans la société cynologique du Val-de-Travers, Béatrice cède sa place à un groupe de trois personnes pour organiser les courses de l’Avivo mais s’approprie celle des aînés 65+ de Val-de-Travers. Elle ne résiste pas non plus au plaisir de participer, tous les deux ans, à la Foire Ô Mômes « Nous leur proposons gratuitement une multitude de divertissements. C’est franchement magnifique de partager leur joie et leur bonheur ! »

Et l’Avivo dans tout ça

C’est presque récent. Béatrice Kaeslin ne s’est impliquée auprès des membres de l’Avivo section Val-de-Travers qu’il n’y a deux ans environ. Après que Marguerite  tähli lui ait cédé la présidence. Et ça lui plaît. « J’adore partager avec les aînés. » Les contacts les échanges tissent sa vie. « J’ai surtout beaucoup appris à écouter l’autre. » 
La solitude. Un mot que Béatrice aime moins. Voire, pas du tout. D’autant qu’un magnifique sourire l’autorise à glisser « mon maître-mot est Carpe Diem ! Je ne souffre pas de ce mal, fort heureusement. Il est vrai qu’avant d’être en retraite, on se croit éternel. Le temps remet nos idées en place. En occupant une place bénévolement auprès des personnes du  troisième âge, ils me rendent au centuple ce que je leur offre ! »

Christiane Meroni