N° 25 172 - Rien qu'un prénom
N° 24 172 - Pas un dialogue de sourd
N° 23 172 - C'était le bon vieux temps
N° 22 171 - Reportage - On est complètement toqué
N° 21 171 - Reportage - Appart-Ages
N° 20 168 - Fil d'Ari(h)ane
N° 19 168 - Vice-présidente La Chaux-de-Fonds
N° 18 168 - Rédacteur du bulletin
N° 17 168 - Présidente du Val-de-Travers
N° 16 168 - Présidente de Neuchâtel
N° 15 168 - Président du Locle
N° 14 168 - Président cantonal
N° 13 168 - Parole aux jeunes
N° 12 168 - Page climat
N° 11 166 - Un homme du peuple
N° 10 165 Hiver - Suite d'une histoire au 10b
N°  9   165 Hiver - Hommage à Roland
N°  8   165 Hiver - Entretien avec
N°  7   162 - Reportage Noël 2017
N°  6   160 - Le soliloque du Grincheux
N°  5   158 - Que sont les prestations complémentaires
N°  4   158 - Coût de la santé
N°  3   157 - Le soliloque du Grincheux
N°  2   155 - Le Soliloque du Grincheux
N°  1   153 - Les conducteurs âgés sous la loupe

168 - Fil d'Ari(h)ane

Le « fil d’ari(h)ane »

 

Une petite institution, certes, mais qui n’a pas froid aux yeux ! C’est vrai qu’elle est un rien curieuse. Qu’elle veut tout connaître. Et, de surcroît, quasi au renouveau du périodique Avivo. Du coup, elle glisse son nez entre les lignes du journal avant même que le parfum des informations et des textes vous soit proposé. Elle le met en page. Fignole son look. Corrige, si besoin est, les erreurs qui s’y sont glissées. « Notre plus grande difficulté » relate en souriant Pascal Jaquet, responsable depuis plus de quatre ans des ateliers arihane, « ce sont les textes que nous recevons » et qui, engrossés par certaines envolées lyriques, sont souvent trop longs.
Les ateliers arihane ont réellement trouvé leur place au sein de Foyer Handicap Neuchâtel. Et, s’ils proposent à une clientèle diverse des prestations originales, ils permettent aussi, et avant tout, à une vingtaine d’employés, internes et externes, de développer leur compétence et leur créativité. « Nous sommes très souples dans les horaires. Les employés, dont le 80% est composé d’externes, travaillent au maximum 30 heures par semaine .» Pascal Jaquet est entouré de cinq maîtres socioprofessionnels.
Grâce à sa solide formation d’éducateur social, l’homme met avant tout l’accent sur le potentiel de son personnel. « Tous les travaux sont adaptés en fonction de la personne en situation de handicap. Les critères exigés lors de l’embauche concernent les bases d’un ordinateur.

 

Certains employés travaillent à arihane depuis 27 ans d’autres ne sont là que depuis quelques mois. Toutes les  personnes en situation de handicap sont confrontées à un temps d’essai de trois mois. Si leurs troubles sont trop importants, nous ne les engageons pas. » Outre leur rente AI, les employés d’arihane sont tous sous contrat et salariés.

Une belle polyvalence

La communication entre arihane et alfaset (imprimeur) est indispensable. Son importance dans le monde du handicap n’est plus à démontrer. Cet excellent partenariat permet à arihane d’étoffer ses offres. Elle fait un travail remarquable dans la reliure de rapports, fascicules et autres documents. Et si elle sait aussi finaliser les brochures par agrafage, arihane se transforme tous les jours en agence postale. « En terme de transactions journalières, nous sommes la plus grosse agence postale après, naturellement, les offices de la gare et du centre de Neuchâtel. » relate Pascal Jaquet. C’est surtout la seule agence de Suisse qui emploie des personnes en situation de handicap. Le Tessin est en train de suivre le même chemin. Une belle polyvalence à découvrir si ce n’est pas encore fait !


Christiane Meroni