N° 18 179 - Des temps d'antan
N° 17 178 - Ulysse ou l'Odyssée
N° 16 178 - Il était une fois
N° 15 177 - Presque le Paradis
N° 14 177 - On n'arrête pas le vent
N° 13 177 - Des chiffres et des zéros
N° 12 176 - Tranche de vie
N° 11 176 - Reportage L'hirondelle
N° 10 176 - Crise climatique
N°  9   174 - L'âge a ses raisons
N°  8   174 - Chasseur de nuages
N°  7   173 - Retraite bien méritée
N°  6   173 - Confinement
N°  5   172 - Rien qu'un prénom
N°  4   172 - Pas un dialogue de sourd
N°  3   172 - C'était le bon vieux temps
N°  2   171 - Reportage - On est complètement toqué
N°  1   171 - Reportage - Appart-Ages

176 - Tranche de vie

Flammes de vie


« Etes-vous Mireille Grosjean ? » On est en février 2021, le 9. Je suis, et reste au Bénin car la pandémie semble ne pas vraiment sévir en Afrique. La voix de l’agent de la Police cantonale neuchâteloise résonne encore à mes oreilles. «  Votre maison, aux Brenets, brûle ! » Abasourdie je rétorque : « Le logement est vide. Je suis à Cotonou. Je vais aviser la propriétaire…»
La peur et l’angoisse s’en mêlent. J’appelle une voisine. J’apprends ainsi que les flammes s’en sont prises au deuxième étage pour s’étendre ensuite au haut de la maison. Mon appartement se situant au rez-de- chaussée, je me tranquillise. Mon retour n’étant prévu que le 18 février 2021, films, photos et presse locale neuchâteloise me rassurent. J’apprends néanmoins que le bail de mon appartement brenassier est annulé. La maison n’est plus que ruine et  chantier. Vais-je embrasser le statut de SDF ? C’est vrai qu’il manque à mon CV !
A mon retour d’Afrique, je retrouve mon appartement quasi intact. L’Etablissement cantonal est pourtant formel. Je dois quitter les lieux. Les conflits éclatent. J’argumente. On me chasse.
L’énormité d’un déménagement à septantecinq ans, associé à dix-huit bibliothèques, soit 80 mètres de livres, et à 44 ans de fidélité brenassière me sidère.


Nouvelle tranche de vie
Où vais-je habiter ? Est-ce que, veuve et plus toute jeune, je déciderais de quitter le canton et ses impôts exorbitants ? Où, iraisje m’installer ? Dans le Bas, histoire de me rappeler les sept ans passés au Gymnase puis à l’Uni ?
Une autre idée jaillit. Je suis née à La Chaux-de-Fonds et j’y ai vécu jusqu’à mes 15 ans. Entourée de mes filles, les visites d’appartements commencent. Nous tombons sur une merveille qui m’offre, en sus, un spectacle grandiose de Sommartel à Chasseral.
Entre le tri, les meubles, les tableaux et mes 119 cartons, je retravaille à temps complet. J’essaie de valoriser les objets dont je veux me séparer, de leur donner une deuxième vie. Cela nécessite coups de fils, photos, annonces diverses, affaires à suivre.
Mes filles, mes gendres et mes amis m’entourent. Nous ne comptons plus les voyages vers Emmaüs et le Coin bleu.
La Chaux-de-Fonds me tend les bras. Sa vie culturelle aussi. Le bus devant ma nouvelle demeure n’attend que ma nouvelle tranche de vie.
Le futur m’astreint à relever la tête, à sécher mes larmes quand le passé prend corps dans les objets drapés de souvenirs et auxquels je propose un nouveau décor.
Cette aventure m’autorise néanmoins à gommer tous les événements extérieurs et indépendants de toute volonté et  qu’un déménagement impose à quiconque ne l’a pas souhaité.

Mireille Grosjean