N° 18 179 - Des temps d'antan
N° 17 178 - Ulysse ou l'Odyssée
N° 16 178 - Il était une fois
N° 15 177 - Presque le Paradis
N° 14 177 - On n'arrête pas le vent
N° 13 177 - Des chiffres et des zéros
N° 12 176 - Tranche de vie
N° 11 176 - Reportage L'hirondelle
N° 10 176 - Crise climatique
N°  9   174 - L'âge a ses raisons
N°  8   174 - Chasseur de nuages
N°  7   173 - Retraite bien méritée
N°  6   173 - Confinement
N°  5   172 - Rien qu'un prénom
N°  4   172 - Pas un dialogue de sourd
N°  3   172 - C'était le bon vieux temps
N°  2   171 - Reportage - On est complètement toqué
N°  1   171 - Reportage - Appart-Ages

177 - On n'arrête pas le vent

On n’arrête pas le vent!


Hormis son sourire, l’homme ne se distingue de la plupart de ses semblables que par une montagne de passions dans laquelle il continue de croquer sans vergogne ! Et quand ce touche-à-tout se raconte, le temps suspend réellement son vol.
Sa vie débute à Bâle un premier novembre 1943. Un an après, Jürg Schetty, allias Georges, découvre Auvernier et les prémices d’une vie à laquelle il ne laissera place à aucune escale. 
Si les écoles obligatoires, la matu, les reportages consacrés aux transports publics grignotent une partie de son
adolescence, l’uni et la faculté de théologie autorisent Jürg à jouir d’une passion dévorante, le monde des transports en général et celui des tramways en particulier. Contrôleur-conducteur auxiliaire, le jeune étudiant gloutonne les kilomètres séparant Boudry de Neuchâtel. L’appétit vient en mangeant et Jürg est gourmand et insatiable.
Organiste titulaire au temple d’Auvernier, le jeune homme file néanmoins à l’école de recrue. En revient avec le grade  de sergent. S’inscrit à la faculté de droit de l’université de Neuchâtel. Empoche sa licence en droit. Slalome à Jeunesse et Sport. Organise des camps de ski. Endosse la casquette de conseiller général perchette. Suit les cours de l’école normale. Empoche son brevet de pédagogue. Se marie avec Françoise. Oublie de respirer. File, en tant qu’attaché de presse du premier arrondissement des CFF à Lausanne. Accueille son premier enfant. Publie, avec son frère Otto, « Neuchâtel – Belle Epoque », un ouvrage incontournable et magnifique.

L’instit du village
On le pense assagi ? Il n’en est rien. Jürg Schetty revêt la veste de fondateur de l’Association neuchâteloise des Amis  du tramway (ANAT). Fête l’arrivée de sa deuxième fille. Endosse le rôle d’instituteur à Auvernier. Rejoint, en tant que  choriste et sous-directeur, le Choeur d’hommes « L’Echo du Lac ». Préside ce choeur durant sept ans. Joue le rôle de juré dans les tribunaux pénaux du canton et… cultive quelque 800 m2 de la « chopinette », sa propre vigne !
En 1982, l’insatiable personnage, co-auteur avec le photographe Pierre Hauser, publie son deuxième ouvrage. « Auvernier, hier et aujourd’hui ».
La passion de Jürg pour tout ce qui touche le rail est incisive. L’instit convaincfacilement ses élèves de 4e primaire de construire une maquette ferroviaire. Cette dernière occupe la part belle lors des portes ouvertes des TN en 1983. Va-t-il se ranger enfin des voitures et des rails ? Que neni. Jürg quitte l’enseignement. Accepte le poste de rédacteur du magazine CFF. Puis celui de responsable de l’info de la jeunesse et du Junior-Club CFF. Publie et édite un autre remarquable ouvrage « Neuchâtel, il y a cent ans ». Organise, sur sa lancée, l’exposition « Cent ans de transports publics sur le littoral neuchâtelois », qui se déroule à l’Hôtel de Ville de Neuchâtel.
Le lac, la montagne, le tram Lève-t-il le pied ? Sotte question ! Outre prendre enfin une retraite anticipée en 2001 et poursuivre l’organisation de la « Bourse des jouets anciens et multicollections », Jürg Schetty se consacre aujourd’hui à la Fondation de bienfaisance d’Elisabeth Lardy, qui vient en aide aux personnes défavorisées d’Auvernier. Le sourire de cet incroyable personnage illumine le visage. « Je continue de conduire le tramway entre Neuchâtel et Boudry et consacre une partie de mon temps à la réalisation du Musée du Tram de l’Association neuchâteloise des amis du tramway, à Areuse. » 
S’il poursuit sa mission d’organiste titulaire à la chapelle catholique-chrétienne de Neuchâtel, Jürg édite encore chaque année le calendrier des anciens trams neuchâtelois et rêve encore de partir, en tram, en train ou à pied, au milieu d’une nature qu’il aime et qui le lui rend bien.


Christiane Meroni